عالمية عالمية

Les Colts ouvrent les séries éliminatoires dans l'ancien terrain de jeu du Reich à Buffalo


ORCHARD PARK, N.Y. – Micah Hyde se souvient encore du terrain, alors que l'entraîneur des Bills de première année, Sean McDermott, avait aidé à convaincre la sécurité des joueurs autonomes de signer avec Buffalo en 2017.

«Il a dit:‘ Nous allons avoir un match éliminatoire à domicile. Et nous voulons entrer dans notre stade, traverser le tunnel et écouter la fissure de sel sous vos chaussures », a rappelé Hyde cette semaine. "Donc, cette vision que nous avions depuis 2017 est devenue réalité."

Bien que la neige ne soit pas dans les prévisions, ne laissant aucun sel, le stade Bills crépitera néanmoins samedi – et avec un nombre limité de fans présents également. Les Bills (13-3), champions de l'AFC Est pour la première fois en 25 ans, accueilleront leur premier match éliminatoire en 24 ans en affrontant les Colts d'Indianapolis, septième tête de série (11-5).

Beaucoup de choses ont changé depuis l’arrivée de McDermott et l’embauche du directeur général Brandon Beane pour transformer une franchise connue principalement pour avoir perdu au cours d’une sécheresse de 17 ans en séries éliminatoires.

En faisant leur troisième apparition en séries éliminatoires en quatre ans, les Bills sont revenus à la pertinence pour la première fois depuis leur apogée Jim Kelly des années 1990, lorsque Buffalo était un match en séries éliminatoires lors d'une course qui comprenait quatre apparitions consécutives au Super Bowl, toutes des pertes.

La présence de l’entraîneur des Colts Frank Reich, qui a passé huit de ses neuf années à Buffalo en tant que remplaçant de Kelly, s’ajoutera au thème du retour en arrière.

"Je serai toujours un fan des Bills, sauf pour ce samedi, c'est sûr", a déclaré Reich.

Il était certainement un fan dimanche lorsque Buffalo a battu Miami, ouvrant la porte aux Colts pour décrocher une place en séries éliminatoires avec leur victoire sur Jacksonville.

Reich a Indianapolis faire sa deuxième apparition en séries éliminatoires en trois ans. C’est une équipe composée d’un mélange de vétérans et de jeunes, avec le quart-arrière de 17 ans Philip Rivers à une extrémité de l’échelle et le demi-offensif recrue Jonathan Taylor à l’autre.

Pour Rivers, à sa première saison à Indianapolis, cela pourrait marquer sa meilleure et dernière chance de mener une équipe au Super Bowl.

"Je ne porte pas ça avec moi au jour le jour, ça," Man, a joué 16 ans et n'a jamais fait partie d'un championnat ", a déclaré Rivers, qui avait une fiche de 5-6 en séries éliminatoires avec les Chargers. "Shoot, c'est un nouveau départ chaque jour, et excité pour chaque défi et opportunité."

Le QB de 39 ans vient de terminer une saison au cours de laquelle lui et Tom Brady ont rejoint Drew Brees dans une égalité pour la deuxième place sur la liste de la NFL en dépassant 4000 verges par la passe pour une 12e fois.

Rivers affrontera l'un des meilleurs jeunes nouveaux venus de la NFL, Josh Allen. Le partant de troisième année de Buffalo a supervisé une attaque qui a marqué un record de franchise de 501 points, tandis qu'Allen a battu un certain nombre de records en une saison avec 4 544 verges et 37 touchés.

Allen a bénéficié de l'ajout de Stefon Diggs, acquis dans un commerce avec le Minnesota en mars, et de la familiarité d'être dans sa troisième année sous la direction du coordinateur Brian Daboll. Diggs est devenu le premier joueur de Buffalo à mener la NFL en attrapés (127) et en recevant des verges (1 535).

La seule chose qui manque à Buffalo est une victoire en séries éliminatoires. Buffalo a une fiche de 0-2 sous McDermott et de 0-6 depuis qu'elle a battu Miami 37-22 le 30 décembre 1995.

Allen est toujours piqué par la façon dont lui et l'offensive se sont défaits en prenant une avance de 16-0 au troisième quart sur une défaite de 22-19 en prolongation à Houston lors de la ronde joker il y a un an.

"La leçon principale n'a pas été de presser", a déclaré Allen, qui a terminé 11 sur 26 pour 133 verges et a perdu un échappé après la mi-temps.

«Si je pouvais le changer, je le ferais évidemment. Mais je suis content de ne pas pouvoir », a-t-il ajouté. «Je suis heureux des leçons que j’ai apprises tout au long du match et vraiment au cours des trois années que j’ai jouées jusqu’à présent. Sans échec, les gens ne connaissent pas le succès. »

COUREUR DE DÉCLENCHEMENT

Taylor a couru comme son ancien collège ces derniers temps. La recrue du Wisconsin s'est précipitée pour un record de franchise de 253 verges et deux scores contre Jacksonville et affiche en moyenne 86,3 verges par match et 4,4 verges par report au cours des six derniers matchs tout en marquant huit touchés, dont un recevant.

«C'était Badger J.T. et il a apporté cela aux Colts », a déclaré son collègue RB Nyheim Hines. «Si nous pouvons surfer sur cette vague et continuer, nous allons avoir beaucoup de succès.»

FAN-DEMONIUM

Les Bills auront un semblant d'avantage sur le terrain avec environ 6700 fans autorisés à y assister pour la première fois cette saison. En vertu des directives de l'État, chaque personne entrant dans le stade de 70 000 places doit d'abord avoir un test négatif pour COVID-19 dans les 72 heures suivant le coup d'envoi.

REGARDER VERS L'AVANT?

Les Colts n'ont peut-être pas encore tous leurs plans pour dimanche. Le coordinateur défensif Matt Eberflus le fait certainement.

Après avoir régulièrement guidé la défense d'Indy du bas de la ligue vers le top 10, Eberflus est devenu l'un des noms les plus en vogue sur le marché des entraîneurs. Plusieurs équipes auraient demandé des entretiens avec Eberflus, y compris les Jets de New York. Mais ces réunions n’auront pas lieu avant le match de samedi.

REGARDEZ VERS L'AVENIR II?

Daboll est considéré comme un candidat potentiel comme entraîneur-chef pour nourrir Allen et superviser une attaque qui a terminé à égalité au deuxième rang des verges gagnées. De la région de Buffalo, Daboll a des liens avec le directeur général de Chargers Tom Telesco, car tous deux ont fréquenté la même école secondaire.

DISCUTABLE

Les deux meilleurs receveurs de Buffalo, Diggs (oblique) et Cole Beasley (genou), sont considérés comme discutables. Beasley a pratiqué sur une base limitée pour la première fois jeudi après avoir été blessé il y a deux semaines. Diggs était également limité après avoir été blessé dimanche.

الوسوم
اظهر المزيد

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق

أنت تستخدم إضافة Adblock

برجاء دعمنا عن طريق تعطيل إضافة Adblock