عالمية عالمية

L'Angleterre est-elle déçue ? La France en finale ? Les groupes étaient-ils de bonne qualité ?

Une fois la phase de groupes de l'Euro 2020 terminée et dépoussiérée, nous avons demandé à nos rédacteurs leur avis sur de grandes questions basées sur ce que nous avons vu. Quelles équipes peuvent faire mieux, quels joueurs se sont imposés et qui disputera la finale ?

Euro 2020 : Actualités et fonctionnalités | Fixtures et support | Classement | Escouades | En direct sur ESPN | montre VAR | Choisissez-les

L'Euro 2020 a-t-il répondu à vos attentes ?

Mark Ogden : J'avais de faibles attentes en raison de la charge de travail de la saison dernière et du format étrange des matchs organisés dans 11 villes à travers l'Europe, et le tournoi a été à la hauteur de mes perspectives pessimistes. Mais personne ne se souvient jamais de la phase de groupes, et tout tourne autour des matchs à élimination directe, donc je m'attends à ce que l'Euro 2020 prenne vraiment vie à partir des huitièmes de finale. Le format de 24 équipes a signifié un grand fossé entre les meilleures équipes et les outsiders, puis vous avez un système de tête de série qui a conduit le Groupe F à être empilé avec trois vainqueurs potentiels en France, en Allemagne et au Portugal, il y a donc certainement place à l'amélioration dans termes du format. L'absence d'un seul hôte a également conduit à une sensation de déconnexion jusqu'à présent, mais cela ira mieux à partir de maintenant, car les matchs à élimination directe entre les meilleures équipes génèrent toujours des souvenirs et de l'excitation.

2 Liés

Gab Marcotti : Nan. Il a dépassé les attentes. Les craintes que les joueurs soient épuisés, que les voyages/la logistique soient impossibles, que COVID-19 fasse des ravages, que les équipes soient conservatrices, elles étaient toutes surestimées. Cela a été un très bon tournoi jusqu'à présent à mon avis.

Julien Laurens : Autant j'ai aimé chaque jeu, même les plus ennuyeux, je ne peux m'empêcher de me sentir un peu déçu par la qualité que nous avons vue jusqu'à présent. Je ne pense pas que le niveau ait été excellent pendant la majeure partie du tournoi. On a vu des moments d'éclat ici et là, et quelques grands passages de jeu, mais dans l'ensemble je suis un peu déçu. Je m'attendais à plus, mais peut-être que le meilleur émergera en huitièmes de finale. Toutes les meilleures équipes sont là, tous les grands joueurs voudront livrer quand cela compte le plus. La vraie qualité va venir.

James Olley : Oui. L'augmentation de la taille des effectifs à 26 a permis une plus grande rotation pour compenser les signes de fatigue, mais dans tous les cas, le niveau du football a été bon. Les cas de COVID-19 ont été minimes, et peut-être la peur Christian Eriksen a souffert nous a tous fait comprendre que nous devrions profiter un peu plus du moment. Le tournoi est globalement pire pour le format pléthorique, mais malgré cela, la phase de groupes a encore eu beaucoup d'intrigues, le plus évidemment dans le groupe F, car le Portugal a occupé les quatre positions au cours des 90 dernières minutes mercredi. Le tirage au sort des huitièmes de finale est cependant déséquilibré.

– Marcotti : le Danemark prend une seconde chance après la frayeur d'Eriksen
– Borden : le Danemark envoie un message émotionnel à Eriksen

Tom Hamilton : Il y a eu des buts magnifiques et des performances individuelles étonnantes. Bien qu'il y ait eu quelques matchs ternes, la qualité globale a été élevée. Le Pays de Galles a été très amusant à regarder, tandis que le Danemark a gagné l'affection de beaucoup après tout ce qu'ils (et Christian Eriksen) ont traversé. Nous n'avons pas encore vu le meilleur de l'Angleterre, du Portugal et de la France, tandis que l'Italie et la Belgique sont sorties des blocs. Les Pays-Bas pourraient pourtant tous nous surprendre et accéder à la finale, tandis que l'Espagne et l'Allemagne sont encore un peu imprévisibles. L'approche transeuropéenne s'est également bien passée – malgré les divers cauchemars logistiques avec des restrictions de voyage – alors que même VAR n'a pas été un choc complet. Le seul inconvénient a été le manque de danger dans les phases de groupes, les équipes pouvant se qualifier à partir de la troisième place, ce que l'UEFA doit sûrement revoir.

Rob Dawson : Le danger d'avoir un tournoi majeur après une si longue saison était que les équipes se concentrent sur le fait d'être difficiles à battre dans le but d'obtenir des résultats, mais il y a eu beaucoup d'intentions offensives dans les phases de groupes. L'Italie, la Belgique et le Portugal ont tous marqué sept buts lors de leurs trois matchs tandis que les Pays-Bas en ont huit, et il y a eu des matchs plus divertissants que ceux qui vous ont donné envie de vous déconnecter. Espérons que cela continue dans les matchs à élimination directe lorsque davantage de grandes équipes s'affronteront et que les niveaux d'énergie seront au plus haut.

jouer

1:53

Shaka Hislop explique pourquoi celui qui affrontera l'Angleterre du groupe F en huitièmes de finale ne sera pas inquiet.

Parmi les grandes équipes, laquelle a le plus de marge de progression ?

Laurens : Ce doit être l'Angleterre. Je ne sais pas comment quelqu'un pourrait être excité par ce que nous avons vu jusqu'à présent. Nous n'avons même pas vu 50% de ce que cette équipe peut faire. Si Gareth Southgate parvient enfin à trouver la bonne formule, cette équipe surdouée a tellement plus à donner que les trois performances moyennes que nous avons vues jusqu'à présent. L'Angleterre n'a été sauvée que par un peu d'éclat individuel de Raheem Sterling ou de Jack Grealish.

Olley : L'Espagne a peut-être battu la Slovaquie 5-0, mais ce résultat doit beaucoup à une implosion de leurs adversaires et à un affichage ridicule de gardien de but de Martin Dubravka. Lors de leurs deux premiers matches de groupe, ils ont dominé le ballon mais n'en ont pas fait grand-chose, et l'attaquant Alvaro Morata doit en quelque sorte se débarrasser de l'introspection qui semble affecter ses performances. L'Angleterre et l'Allemagne doivent également trouver un meilleur équilibre global, mais l'histoire de leur rivalité – et une foule partisane de 45 000 personnes à Wembley – aiguisera sûrement les esprits malgré tout.

Hamilton : L'Allemagne a été imprévisible et oscille entre être impitoyable et fragile. Pour l'éclat de leur victoire 4-2 sur le Portugal, il y avait aussi leur mollesse contre la France, et le match nul 2-2 contre la Hongrie les a présentés à leur meilleur et à leur pire. Ils sont encore faibles à l'arrière, et bien qu'ils aient l'air bien mieux dans un 3-4-3 qu'avec quatre en défense, il y a des opportunités pour l'opposition. Ils sont plus efficaces lorsque Thomas Muller et Leon Goretzka sont sur le terrain, mais c'est une équipe qui essaie encore de se figer. Jamal Musiala doit disposer de plus de temps de jeu, alors qu'ils doivent insuffler un peu de dynamisme à ce milieu de terrain. Joachim Low quitte le poste en Allemagne après ce tournoi, et son équipe doit nettement s'améliorer s'ils veulent lui donner un départ gagnant.

– Quelle équipe a le meilleur kit à l'Euro ?
– Les fans de la France se trompent de match – Les Néerlandais portent les costumes de fans à un autre niveau

Marcotti : L'Angleterre et l'Allemagne ont frappé le plus en dessous de leur poids, mais si vous pensez qu'ils peuvent s'améliorer dépend de la confiance que vous avez en Southgate et Low, ce qui n'est pas tant que ça. Alors je vais dire l'Espagne. Ils n'ont pas mal joué ; ils n'ont tout simplement pas terminé avant le dernier match.

Dawson : Angleterre. Le sentiment avant le tournoi était que leur force résidait dans l'attaque avec toutes les options dont Southgate a à sa disposition, mais cela ne s'est pas passé comme ça. Ils ont été solides et organisés avec les milieux de terrain Declan Rice et Kalvin Phillips devant quatre défenseurs. Ils n'ont pas encaissé de but en phase de groupes, mais à l'avenir, ils ont été en grande partie piétons. L'Angleterre a du rythme et des compétences dans chacune des zones avancées et, avec Harry Kane, l'un des meilleurs finisseurs au monde, mais trop souvent, elles ont semblé lentes et prévisibles.

Ogden : Angleterre. L'Espagne était extrêmement décevante dans le groupe E, mais l'équipe de Luis Enrique est en transition et est entrée dans le tournoi sans grandes attentes. C'est une autre histoire avec l'Angleterre, qui n'a marqué que deux buts en trois matchs et n'a montré aucun du flair offensif que l'on attend d'une équipe avec autant d'attaquants de première classe. L'Angleterre s'est qualifiée en tant que vainqueur du Groupe D, elle a donc atteint son objectif principal, mais elle devra élever son niveau de jeu pour aller beaucoup plus loin.

Quels joueurs auparavant discrets ont impressionné ?

Hamilton : Il y a eu des héros méconnus exceptionnels. Le Gallois Danny Ward et le Tchèque Tomas Vaclik ont ​​tous deux été remarquables devant les buts. Dans le dos, l'Allemand Robin Gosens, le Néerlandais Denzel Dumfries, l'Autrichien Stefan Lainer, l'Ukrainienne Mykola Matviyenko et le Finlandais Paulus Arajuuri ont tous impressionné. L'Italien Manuel Locatelli a réalisé un excellent tournoi au milieu de terrain, tandis que le Danois Mikkel Damsgaard, le Suisse Breel Embolo, le Gallois Kieffer Moore et le Tchèque Patrik Schick se sont bien comportés en attaque.

Dawson : Dumfries. Frank de Boer a reçu de nombreuses critiques aux Pays-Bas pour sa décision de jouer avec un dos trois plutôt que d'aller en 4-3-3, mais le système a fonctionné en grande partie à cause de la menace offensive offerte par Dumfries de l'aile droite. Il a déjà marqué deux fois et aurait pu en avoir plus, et quiconque affrontera les Pays-Bas en huitièmes de finale devra élaborer un plan pour contrer ses raids.

Ogden : En termes de joueurs offensifs, il s'agissait vraiment des suspects habituels avec Cristiano Ronaldo, Romelu Lukaku et Luka Modric faisant la une des journaux, mais certains joueurs moins connus à l'arrière ont également eu de bons tournois. Martin Hinteregger a été solide défensivement et une menace pour l'Autriche, tandis que Domagoj Vida a connu un autre bon tournoi avec la Croatie. Et tandis que Scott McTominay est bien connu en tant que milieu de terrain de Manchester United, ses performances au poste d'arrière central pour l'Écosse ont été impressionnantes et ont montré qu'il avait le potentiel d'être entraîné à devenir un défenseur à long terme.

Laurens : Je dirais Alexander Isak et Locatelli. Les deux ont connu d'excellentes saisons avec leurs clubs – la Real Sociedad et Sassuolo, respectivement – ​​mais accélérer comme ils l'ont fait dans cette compétition et briller est autre chose. Isak, 21 ans, est légèrement plus jeune que Locatelli, 23 ans, mais les deux ont montré tellement de talent, de confiance et de caractère. Ce sont des stars en devenir.

Marcotti: Je ne sais pas si Isak compte comme sous le radar, mais il a été formidable. Le milieu de terrain néerlandais Georginio Wijnaldum n'est pas sous le radar, mais je ne pensais pas qu'il aurait autant d'énergie après la saison qu'il a eue avec Liverpool. Bravo à l'Angleterre et au milieu de terrain de Leeds Kalvin Phillips aussi/

Olley : Billy Gilmour n'était pas sous le radar de tous ceux qui ont vu Chelsea les quelques fois où il en a eu l'occasion, mais néanmoins le joueur de 20 ans a excellé dans le plus grand match de sa vie alors que l'Écosse tenait l'Angleterre à Wembley. Il a été dévastateur pour lui qu'un test COVID-19 positif l'ait exclu du match de groupe contre la Croatie, mais il reste de nombreux grands jours devant le milieu de terrain. Mentions honorables au néerlandais Dumfries et à l'italien Locatelli.

European Soccer Pick 'Em: Rivalisez pour gagner 10 000 $
– Diffusez ESPN FC Daily sur ESPN+ (États-Unis uniquement)
– Euro 2020 sur ESPN : diffuser des matchs en direct et des rediffusions (États-Unis uniquement)

jouer

1:09

L'équipe du FC explique comment la France a complètement battu l'Allemagne lors de son match d'ouverture de l'Euro 2020.

Quelles équipes pensez-vous disputer la finale le 11 juillet ?

Ogden : France et Angleterre. Bien qu'elle n'ait remporté qu'un seul de ses matchs du Groupe F, la France est toujours ressortie en tête de la section la plus difficile, et elle n'a toujours pas atteint la vitesse supérieure. Quant à l'Angleterre, si elle peut battre l'équipe d'Allemagne la plus faible depuis des années au prochain tour, elle a une course claire vers la finale.

Laurens : La France se qualifiera pour la finale. Ils sont dans la moitié difficile du tirage au sort, mais cette équipe prospère dans un contexte de gros matchs. Ils seront forts, physiquement et mentalement, avec leur expérience en finale après avoir soulevé la Coupe du monde 2018 en Russie et leur performance de finaliste en tant qu'hôte de l'Euro 2016. De l'autre côté de la fourchette, je pense que le vainqueur de l'Angleterre vs Le choc des huitièmes de finale de l'Allemagne atteindra la finale. Je choisis l'Allemagne.

Marcotti : Sur le papier, un côté est beaucoup plus fort que l'autre. Je vais prendre des risques et dire Belgique contre Allemagne, mais c'est parce que je n'ai pas le courage de choisir un outsider.

– L'approche sûre de l'Angleterre ne leur fera pas gagner l'Euro 2020

Olley : La France n'a peut-être remporté qu'un seul match, mais elle est toujours en tête du groupe le plus difficile et a un match nul invitant contre la Suisse en huitièmes de finale. Cela devient plus difficile à partir de là, mais ils ont la profondeur de talent pour passer à la vitesse supérieure. Les vainqueurs de l'Angleterre contre l'Allemagne s'imagineront se qualifier pour la finale à partir de la moitié inférieure, mais les Pays-Bas sont sans doute en meilleure forme que les deux.

Hamilton : Il est toujours difficile de regarder au-delà de la France, mais l'Italie, la Belgique, l'Allemagne et l'Angleterre pourraient encore faire exploser la fête. L'Espagne et le Portugal manquent respectivement d'attaque et de défense. Bien que les Pays-Bas aient bien commencé, je pense qu'ils vont ralentir lors des huitièmes de finale. La France est toujours favorite, et je pense que nous pourrions finir par les voir jouer contre l'Angleterre le 11 juillet.

Dawson : Malgré les problèmes de l'Angleterre, ils sont du côté des plus gentils et peuvent atteindre la finale s'ils peuvent battre l'Allemagne en huitièmes de finale. La France les rencontrera là-bas.

الوسوم
اظهر المزيد

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق

أنت تستخدم إضافة Adblock

برجاء دعمنا عن طريق تعطيل إضافة Adblock