عالمية عالمية

Le lanceur de marteau Gwen Berry se détourne du drapeau pendant que l'hymne joue aux essais

EUGENE, Oregon — Au cours de la semaine dernière, l'hymne national a été joué une fois par soir lors des essais olympiques d'athlétisme aux États-Unis. Samedi, la chanson a commencé alors que la militante au franc-parler Gwen Berry se tenait sur le podium après avoir reçu sa médaille de bronze au lancer du marteau.

Pendant que la musique jouait, Berry plaça sa main gauche sur sa hanche et s'agita. Elle a fait un quart de tour, donc elle était face aux gradins, pas au drapeau. Vers la fin, elle a arraché son T-shirt noir avec les mots « athlète activiste » sur le devant et l'a drapé sur sa tête.

"J'ai l'impression que c'était une configuration, et ils l'ont fait exprès", a déclaré Berry à propos du timing de l'hymne. "Pour être honnête, j'étais énervé."

La réaction de Berry à la "Star-Spangled Banner" était aussi remarquable que n'importe quoi sur la piste par un samedi de canicule, l'avant-dernier jour des essais olympiques américains. Avec des températures atteignant 101 degrés (38 Celsius) sur le terrain , DeAnna Price a remporté l'épreuve avec un lancer de 263 pieds 6 pouces (80,31 mètres), soit près de 7 pieds de plus que le lancer de Berry. Price a battu le record de la compétition sur quatre de ses six lancers, et les deux derniers de ces lancers ont également a battu le record américain.

La deuxième place appartenait à Brooke Andersen, tandis que Berry s'emparait de la troisième place à seulement 2 pouces de Janee Kassanavoid. Berry, en route pour ses deuxièmes Jeux olympiques, a promis d'utiliser sa position à Tokyo pour continuer à sensibiliser aux injustices sociales dans son pays d'origine.

"Mon but et ma mission sont plus grands que le sport", a déclaré Berry. "Je suis ici pour représenter ceux … qui sont morts à cause du racisme systémique. C'est la partie importante. C'est pourquoi j'y vais. C'est pourquoi je suis ici aujourd'hui.''

Berry a trouvé que ce n'était pas une coïncidence si elle était à l'avant-plan pendant l'hymne. Contrairement aux Jeux olympiques, les hymnes ne sont pas joués pour accompagner les cérémonies de remise des médailles lors des essais. Mais les lanceurs de marteau ont reçu leurs récompenses juste avant le début de la session du soir, qui a débuté toute la semaine avec une interprétation filmée de "The Star-Spangled Banner".

La porte-parole de l'Athlétisme américain, Susan Hazzard, a déclaré que "l'hymne national devait être joué à 17h20 aujourd'hui. Nous n'avons pas attendu que les athlètes soient sur le podium pour les prix du lancer de marteau. L'hymne national est joué tous les jours selon un horaire déjà publié.'' Samedi, la musique a commencé à 5:25.

Et ainsi, alors que Price et Andersen se tenaient immobiles sur le podium avec leurs mains sur le cœur et regardaient droit devant les drapeaux américain et de l'Oregon, Berry s'agitait et marchait sur la troisième marche. Puis elle s'est détournée et a finalement attrapé son T-shirt.

"Ils ont dit qu'ils allaient le jouer avant de sortir, puis ils l'ont joué quand nous étions là-bas", a déclaré Berry. "Mais je ne veux pas vraiment parler de l'hymne parce que ce n'est pas important. L'hymne ne parle pas pour moi. Cela n'a jamais été le cas.''

Ses gestes n'attiraient pratiquement aucune réaction des gradins encore remplis. Et c'était quelque chose de bien moins qu'il y a deux étés, lorsque Berry a levé le poing sur le podium après avoir remporté les Jeux panaméricains.

Cette manifestation a conduit à une sanction, mais a finalement poussé le Comité olympique et paralympique américain à s'engager à ne pas punir les athlètes qui lèvent le poing ou s'agenouillent lors des essais ou à Tokyo. C'est un point d'éclair potentiel pour Tokyo, où le CIO a déclaré qu'il appliquerait sa règle 50 qui interdit les manifestations à l'intérieur des lignes. C'est la même interdiction qui a fait renvoyer les sprinters Tommie Smith et John Carlos des Jeux de Mexico en 1968.

Price, qui n'est devenue que la deuxième femme de l'histoire à franchir le 80 mètres et les chiffres à viser l'or avec la détentrice du record du monde Anita Wlodarczyk de Pologne, n'a eu aucun problème à partager la scène avec Berry.

"Je pense que les gens devraient dire ce qu'ils veulent. Je suis fier d'elle", a déclaré Price.

Berry a déclaré qu'elle avait besoin de "redresser mon corps, mon esprit et mon esprit" pour les Jeux olympiques. Le lancer du marteau féminin commence le 1er août.

Mais Berry ne pense pas qu'elle ait besoin d'être sur le podium à Tokyo pour avoir le plus grand impact.

« Je n'ai rien à faire sur le plan sportif », a-t-elle déclaré. « Ce que je dois faire, c'est parler pour ma communauté, représenter ma communauté et aider ma communauté. Parce que c'est plus important que le sport.''

L'Associated Press a contribué à ce rapport.

الوسوم
اظهر المزيد

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق

أنت تستخدم إضافة Adblock

برجاء دعمنا عن طريق تعطيل إضافة Adblock